Accueil Aménagement de combles

Aménagement de combles

Qu’est ce que l’aménagement de combles ?

Fotolia_3140539_m Vous manquez d’espace dans votre habitat ? Vous allez avoir un enfant ? Vous avez tout simplement besoin d’une pièce propre et isolée pour y stocker des biens ?
Dès lors une dernière question s’impose : avez-vous un grenier ?


L’aménagement de combles est un moyen efficace pour augmenter la surface habitable de votre bien.
Comme vous le savez, le volume inutilisé situé sous votre toiture peut être aménagé en chambre, salle de détente ou bien encore en simple pièce d’appoint.


Souvent avantageuse, la solution de l’aménagement de combles offre gain de place, charme et originalité, cachet supplémentaire, etc.


Cependant, en fonction de vos attentes en termes de tailles et de critères d’aménagement, les travaux et les démarches ne sont pas les mêmes et les coûts non plus.


On peut estimer d’une manière globale que les prix des travaux d’aménagement de combles s’échelonnent entre 500 €/m2 et 1 000 €/m2. Du simple au double !


En effet, selon la hauteur sous toiture, la résistance de la charpente et du plancher, différentes opérations venant alourdir la facture peuvent être envisagées : changer la charpente, rehausser les murs périphériques, abaisser le plancher des combles.
Il est recommandé (voir obligatoire dans certains cas) de faire appel à un architecte afin de vérifier la faisabilité du projet et de coordonner les travaux et l’intervention des différents corps de métiers.


L’aménagement des combles se découpe en plusieurs étapes :

Les démarches administratives préalables

 

Chaque ouverture que vous souhaitez réaliser sur le toit doit respecter une certaine distance par rapport au voisinage (code civil). En règle générale, il faut compter 1,90 m en vue de face et 60 cm en vue décalée. Dans tous les cas, la consultation du P. O. S (Plan d’Occupation des Sols) s’impose, car d’autres distances peuvent être en vigueur selon votre lieu d’habitation.

 

Par ailleurs vous devez déclarer les travaux et éventuellement faire la demande d’un permis de construire.
Pour les fenêtres de toit, une simple déclaration de travaux en Mairie suffit. Si vous optez pour les lucarnes, ou si vous faites surélever votre toiture, un permis de construire est obligatoire. Dans tous les cas, si vous créez une surface habitable supérieure à 20 m2, ou si la surface habitable totale de votre habitation devient supérieure à 170 m2, le permis de construire s’impose également. Notez aussi que dans le dernier cas, vous devez obligatoirement faire appel à un architecte.
La plupart du temps, les architectes ont l’habitude de travailler avec « leurs » entreprises. Libre à vous de les accepter ou d’en choisir d’autres en fonction de vos besoins (isolation, électricité, plomberie…).

 

Le travail de la charpente

Il peut être nécessaire de modifier quelque peu la charpente pour faciliter l’habitabilité de la future pièce. Faisant l’objet d’études et de calculs précis pour pouvoir résister dans le temps, la charpente est la résultante d’un équilibre provenant de compensations exercées par différentes forces.

Ainsi, lorsque l’on modifie la charpente, il faut être prudent et ne jamais perdre de vue que chaque élément a son importance. En retirer ou en déplacer un, sans compensation annexe, peut mettre en danger la charpente et donc, l’habitation toute entière.

 

L’isolation

Subissant des écarts de température importants dus à leur proximité avec la toiture, les combles nécessitent d’être parfaitement isolés. Le type d’isolation thermique (intérieure ou extérieure) ainsi que le choix de matériaux sont des éléments à étudier avec attention. Les produits majoritairement utilisés sont à base de laine minérale (de verre, de roche) ou végétale, (chanvre…).

Il est par ailleurs très important de penser à une ventilation efficace entre l’isolant et le dessous de la couverture du toit. En effet, pour jouer pleinement son rôle et conserver ses propriétés, l’isolant doit rester sec.
Enfin l’isolation acoustique doit être pensée au niveau du plancher. Il s’agit d’apposer une sous-couche (dalles, rouleaux ou béton) avant le revêtement en dur.

 

Les fenêtres

Afin de laisser passer la lumière, il est nécessaire de créer des ouvertures dans le toit et par conséquent d’installer des fenêtres de toit ou des lucarnes.
Les fenêtres de toit se posent sur des pentes de toit comprises entre 15 et 90°. Elles apportent un meilleur éclairage que les lucarnes et à moindre coût. Néanmoins, elles présentent l’inconvénient de laisser entrer plus la chaleur l’été.
Selon les caractéristiques architecturales de votre habitat, les lucarnes peuvent être du plus bel effet. En outre, elles offrent une vue verticale, ce qui peut être très agréable pour profiter du panorama. Sachez toutefois que leur installation nécessite des travaux plus importants que pour une fenêtre de toit, donc plus longs et plus chers. À noter que la pente du toit doit être au minimum de 30°.

 

L’escalier
Selon l’utilisation que vous souhaitez faire de votre nouvelle pièce et de sa superficie, on distingue trois grands types d’escaliers : droit ou à multi volées, hélicoïdal et l’échelle de meunier.

 

 
L’escalier droit ou à multi volées est le plus pratique à utiliser. Il possède souvent des marches larges et un dégagement suffisant pour y manœuvrer des meubles. Attention toutefois, sa trémie, c’est-à-dire l’espace réservé dans le plancher pour passer l’escalier, est importante et fait perdre de la surface.

 

L’escalier hélicoïdal, très apprécié du fait de son faible encombrement et de son esthétisme, passe un peu de mode. On lui reproche souvent une trop faible largeur qui empêche le passage de gros volumes.